lundi 14 novembre 2016

De retour pour une review, près de deux ans après.

Metallica - Hardwired...To Self-Destruct [Review]
(espérons qu'il ne s'agisse pas d'un jeu de mots)


 

Le tant attendu nouvel album du très célèbre groupe originaire de Los Angeles, dixième dans leur vaste discographie, est enfin là. Huit longues années après le très bon Death Magnetic, le quartet américain est de retour pour nous livrer un album qui s'est annoncé, grâce aux trois singles sortis plus tôt, très prometteur. 



Et c'est avec le premier des trois singles que l'album se lance, celle-ci étant la piste la plus courte de l'album. Très énergétique, très rapide, très agressive, Hardwired nous plonge dans cette nouvelle aventure d'un groupe légendaire prêt à nous stupéfaire une fois de plus... Piste très rentre dedans, très bien exécutée, efficace aux riffs agressifs et laissant présager un album dans cette idée là: du thrash bien punchy.


S'en suit la deuxième piste de l'album et le troisième single sorti pour promouvoir l'album, Atlas, Rise!. Cette piste contraste avec la première de par son rythme plus lent, mais qui ne laisse pas indifférent. Des accords très captivants qui, progressivement, nous font immerger dans cette piste qui s'est avérée être la plus surprenante des trois singles. Avec des influences très Maiden-esques sur certains riffs, ce titre est sans doute l'un des meilleurs de l'album. Avec un refrain plus que réussi accompagné des guitares jouant des mélodies très catchy, ce titre nous offre une vue optimiste sur la suite de l'album.


C'est ainsi qu'on enchaîne avec la première exclusivité de cet album, Now That We're Dead, piste longue de 7 minutes. Des riffs beaucoup moins rapides rappelant la période Load/Reload et qui se laisse totalement écouter. Le chant de James est maîtrisé et est très mélodieux jusqu'à être le point fort de ce morceau. Rien de bien marquant si ce n'est le riff principal, étant assez plaisant, mais sans plus. 


Pas d'exclusivité ensuite. Une piste très connue, étant le deuxième single sorti intitulé Moth Into Flame. Probablement le meilleur de la série des trois singles, le titre nous prouve que Metallica est encore un groupe capable de nous offrir de la très bonne musique. La piste est entamée avec un riff très mélodieux, catchy et captivant. Des riffs bien thrash et un rythme qui varie tout au long de la chanson jusqu'au refrain qui se conclue par un arrêt sec, et c'est reparti. 




On ralentit un peu avec Dream No More, titre aux riffs plus groovy bien lourds. On peut le dire, jusqu'ici l'album détient un rythme assez varié en alternant avec des pistes tantôt rapides tantôt lentes ou avec un mix des deux. Le solo de la cinquième piste vient surprendre l'auditeur, celui-ci étant bien construit et venant casser la lenteur imposée par les riffs principaux. 



Le disque numéro 1 se conclue avec Halo On Fire. Titre entamé avec un accord lourd et lent, mais mélodieux. Les couplets calmes sont en excellent contraste avec le refrain qui vient casser le rythme, sans mentionner le chant de James qui est toujours aussi surprenant. Les bridges sont bien foutus dans cet album, c'est le moins que l'on puisse dire. Ils font place aux solos de Kirk Hammett de façon très remarquable, mais ce n'est pas nouveau quand il s'agit du groupe que l'on parle en ce moment. Très bon morceau, l'un des meilleurs du premier CD et la plus longue piste de l'album. 


Meilleures pistes:
- Hardwired
- Atlas, Rise!
- Moth Into Flame
- Halo On Fire

__________________________________________________________________________________________

On entame le deuxième CD avec Confusion. C'est le cas de le dire, on est confus jusqu'à maintenant. Les pistes déjà connues ne reflètent pas la globalité du premier CD et on s'en est rendu compte. Pire encore, c'est pile à ce moment-ci que l'on commence à noter une certaine répétitivité dans les riffs de l'album. On a l'impression d'avoir déjà écouté certains passages, et c'est l'une des plus grosses lacunes de Hardwired...TS-D. Le morceau n'est pas mauvais, et paradoxalement, aucune piste de l'album ne l'est. Mais ce dernier souffre d'un problème de disposition de titres, vous comprendrez par la suite...


On poursuit notre écoute avec Manunkind, qui au passage, est un joli jeu de mots. La chanson commence par un lead entraînant et mélodieux, sur lequel vient s'ajouter le couplet. Morceau assez sympa et qui ne donne pas d'impression de répétitivité. Assez classique ceci dit, rien de bien neuf sous le soleil et rien qui puisse être couronné en tant que meilleure piste de l'album. Comme dit, on poursuit.



Here Comes Revenge vient proposer des notes intéressantes même s'il a un schéma similaire à celui de Halo On Fire. L'album continue d'être répétitif à ce stade et a du mal à se montrer varié. Depuis la cinquième piste du premier CD, on ne va pas très loin avec ce que l'on a. Et c'est pourquoi on a mentionné un problème de disposition des pistes plus haut... On est en plein dans une phase passive de l'album, on est en pilote automatique. Ce qu'on écoute est sans doute de la bonne musique, mais c'est bien tout. 





Am I Savage? n'est pas là pour proposer de solutions. On peut aussi noter quelques passages qui font penser à Megadeth dans cette piste, que ce soit au niveau du chant ou de l'instrumentale. 



On commence à toucher à la fin de cette aventure, et c'est l'avant-dernière piste qui s'entame calmement, à savoir Murder One. Avec un riff principal assez particulier, pas tellement différent de ce qui caractérise cet album dans sa globalité, mais très plaisant. S'achevant sur le refrain qui est l'un des plus remarquables de l'album avec le chant de notre cher James. La piste continue ainsi jusqu'au solo qui vient ajouter un petit plus à ce morceau.



"Attendez, c'est terminé?" Et bah non ! Il nous reste la dernière piste de l'album bien entendu, qui vient conclure ce deuxième CD. J'ai nommé Spit Out The Bone. Probablement la meilleure piste de l'album et l'une des meilleures composées par Metallica à ce jour. Une introduction et un lead excellents, un couplet rapide et nous réveillant d'un coma qui a longtemps duré. Morceau assez progressif aux rythmes très variés, et ce n'est qu'à la fin de l'album qu'on a ce que l'on attendait du groupe pendant des mois. D'un point de vue optimiste, on peut s'en contenter. D'un point de vue pessimiste, ça ne sauve pas la qualité globale de l'album. Kirk nous surprend avec un court solo qui laissera place au refrain qui reste bien en tête. S'en suit un bridge aux riffs très lourds et punchy, dans lequel la basse fait son boulot (oui, oui, vous avez bien lu). On conclut finalement avec un excellent solo de la part du lead. Sans oublier l'excellent drumming de Lars tout au long de cette piste, qui use de la double pédale avec critère et avec un timing totalement spectaculaire. 



"C'est fini?" C'est fini.


Meilleures pistes:
- ManUNkind
- Murder One
- Spit Out The Bone

Au final, que peut-on conclure de cet album ? Un sentiment de regret. Ayant toutes les armes pour être un album démentiel (Moth Into Flame et Spit Out The Bone en témoignent, entre autres) il finit par décevoir l'auditeur. On a pas la sensation d'avoir écouté un mauvais album, mais nous n'avons pas non plus l'impression d'avoir eu affaire à l'album de l'année. Le groupe s'est clairement pas foulé avec cette nouvelle sortie et ça s'entend, pour la plupart... 


Les + :

+ La production, absolument propre.
Lars.
Les trois singles.
+ Spit Out The Bone.


Les - :

- La disposition des pistes.
- La répétitivité.
- La lenteur qui tend à endormir l'auditeur. 
- Les solos de Kirk, très peu inspirés pour la plupart. 




NOTE GLOBALE : 6,5/10.

Date de sortie : 18 novembre 2016
Pistes : 12 
Durée : 1 heure 13 minutes 50 secondes
Genre : Heavy/ Thrash Metal

Tracklist

Disc 1:
i. Hardwired
ii. Atlas, Rise!
iii. Now That We're Dead 
iv. Moth Into Flame
v. Dream No More
vi. Halo On Fire

Disc 2:
i. Confusion
ii. Manunkind
iii. Here Comes Revenge
iv. Am I Savage?
v. Murder One
vi. Spit Out The Bone







2 commentaires: