vendredi 16 janvier 2015

Colibra - Damnatio Memoriae [Review]



Aujourd’hui étant le jour des découvertes pour moi, je me suis lancé sur quelques albums et je dois dire que j’ai fait de très bonnes découvertes. Celui méritant le plus d’attention est, sans le moindre doute, l’album Damnatio Memoriae du groupe anglais Colibra. Du progressive/alternative metal qui attire l’attention de par ses riffs tantôt puissants, tantôt mélodiques et également pour ses compositions alléchantes, mais surtout, du progressive/alternative metal qui fait plaisir. L’un des principaux responsables de cette merveille est évidemment le chanteur, qui lui fait son boulot à merveille avec une maîtrise exceptionnellement remarquable – comme, d’ailleurs, tout le reste des membres du groupe.




De  ses 39 minutes de durée, l’album nous plonge dans une ambiance assez particulière et plaisante. Avec Colibra, tout ennui est évité, on ne traîne pas sur la longueur, on va droit au but ; c’est ainsi que pourrait en témoigner la première piste de l’album, Coronation. Pas d’intro pour nous mettre dans le bain, donc, mais plutôt une chanson bien foutue pour nous plonger dans un océan plein de créativité et d’ambition. Parce que c’est ainsi que je qualifierais ces gars, des musiciens très créatifs et ambitieux. Une première piste progressive très bien élaborée pour commencer, une cohérence évidente tout au long de la chanson accompagnée d’une technique exquise, sans oublier les bonnes variations entre les parties chantées et criées du vocaliste – qu’on peut d’ailleurs remarquer tout au long de l’album.

Vient après Palisade, avec une introduction acoustique et douce suivie d’une éruption des instruments de musique logique qui détruit tout sur son passage de manière élégante et ainsi jusqu’à la fin de la chanson, qui termine comme elle a commencé. Juste après jaillit un interlude intitulé Into the Abyss, instrumentale au piano plaisante qui est censée nous donner un moment de répit pour ce qui arrive parce qu’en effet, le groupe n’a pas voulu rigoler avec Backlash.

Celle-ci est probablement la piste la plus énergétique de l’album, jouée avec une guitare bien prononcée et une batterie très présente ! La chanson possède des intervalles descendants et ascendants, ce qui est littéralement un remède contre l’ennui puisque la maîtrise est là. Une remarque évidente serait de constater les distorsions sonores des guitares qui sont les responsables de l’aspect agressif de la chanson – distorsion omniprésente sur tout l’album, bien sûr. Après un tel déluge, la suite logique est le calme et c’est ce que nous confirme Memento Mori, deuxième interlude similaire à la première et visant également à nous donner un souffle – celle-ci étant, d’ailleurs, très relaxante.

The Omega Point est dans la ligne de Backlash sans pour autant la copier et ainsi tomber dans la répétitivité – ce qui serait fort dommage – parce qu’elle fusionne en quelque sortes les éléments des pistes précédentes. Les chœurs dans le refrain enjolivent la chanson, et le chanteur persiste en parfaite concordance avec le reste des membres pour nous livrer un son délicieux à l’oreille, chanson qui finit avec un solo remarquablement bon. Nous nous retrouvons ensuite avec le troisième et dernier interlude de l’album, Of No Return, qui sert de conclusion en complétant The Omega Point et pour ainsi faire place à LA chanson de l’album, Righteous Son, en l’introduisant.

Piste qui reflète le plus le côté alternatif du groupe avec un riff de guitare qui revient à deux ou trois reprises dans la piste et qui est très entraînant et accrocheur, pour le plus grand plaisir de nos oreilles – pour votre gouverne, la chanson en question a fait objet d’un clip vidéo qui est à visionner ci-dessous. Encore une fois et au risque de me répéter, ce que je veux à tout prix éviter, la maîtrise et l’efficacité vont de pair sur cette piste. Et pour conclure un très bon album, une dernière piste éponyme, dont le schéma général ne change pas beaucoup des autres pistes présentes dans l’album – ce qui ne rend pas, je le répète, cet album répétitif.

Au final, ce que je regrette le plus concernant cet album c’est de ne pas avoir une ou deux autres pistes dans la veine de Righteous Son qui pourrait venir ajouter plus de punch à un album qui en possède déjà. Découverte qui fait beaucoup de bien.


Date de sortie : 17 Janvier 2015
Pistes : 9 
Durée : 39 minutes
Genre : Progressive/Alternative Metal

Tracklist
01. Coronation
02. Palisade
03. Into The Abyss
04. Backlash
05. Memento Mori
06. The Omega Point
07. Of No Return
08. Righteous Son
09. Damnatio Memoriae

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire